Il y a « done », et il y a « done »

Sur un scénario original de Sylvain Hamel